samedi 30 janvier 2016

Pas doué pour les études? Il décroche 3 prix littéraires!

Olivier Bourdeaut est né à Nantes en 1980. Il a connu l'échec scolaire. Passé à travers les filtres des psychologues de tout poil, qui ne l'ont pas vu venir: c'était un futur écrivain. Dans son premier roman, il narre la dérive fantasque d'un couple, vue par un enfant. Une histoire à double face, drôle mais poignante, où le rose n'est jamais loin du noir. Son roman vient de recevoir le prix des étudiants France Culture Télérama 2016, le prix France TV et le prix RTL-Lire. Il est en lice pour sept autres prix!







C'est un homme qui a réussi sa vie en construisant des garages. Il rencontre une drôle de femme comme on en voit dans certains films de Demy, genre Lola en plus folle. Elle (Constance, Louise, selon les jours) trouve à ce bel homme un air de famille avec le portrait d'un officier prussien dont elle est amoureuse. Lui, dilettante mythomane, se dit autiste, prince hongrois, ami de Dracula, amant de Josephine Baker, selon l'humeur. La rencontre tient de celle de Scott Fitzgerald et de Zelda, mais aussi de Chloé et Colin, auxquels elle fait penser par la présence charmeuse du jazz. Chaque jour est une fête, dans cet appartement féerique qu'ils partagent avec une grue de Numidie. Cette touche "roman d'amour contemporain" à la Boris Vian est encore accentuée par cette chanson qui est l'hymne de l'ouvrage, Mister Bojangles, chanson de Nina Simone qui tourne en boucle sur l'électrophone. Bojangles est ce célèbre acteur de la Nouvelle Orléans, à qui les gens paient des bières pour qu'il danse des claquettes. Cette star américaine de la "tap dance" serait comme le Godot de cette chronique familiale déjantée. Il prête son nom à ce petit chef d'oeuvre d'ingénuité, bourré de rimes internes: "Et puis, sur les notes d’un morceau de jazz, me passant autour du cou son étole de gaze, elle m’avait attiré vers elle, violemment, d’un coup, nous nous étions retrouvés joue contre joue. J’avais réalisé que je me posais encore des questions à propos d’un problème qui était déjà tranché, je glissais vers cette belle brune, j'étais déjà sur la rampe, je m'étais lancé dans la brume, sans même m'en rendre compte, sans avertissement, ni trompe".
En attendant Bojangles ne se réduit pas à un exercice de style dans le goût surréaliste, sur fond de surprises parties et de fêtes sans fin. Il y a un côté obscur de la farce, et ce conte de fées vire au cauchemar psychiatrique, lorsque la drôle de maman est internée. Car l'histoire a deux faces, comme le vieux 45 tours de Nina Simone: face A, un merveilleux conte où un petit garçon est témoin de l'amour fou de ses parents, et quitte l'école pour les accompagner dans leur château en Espagne. Face B, le récit d'une enfance sordide et déscolarisée dans une famille de marginaux, dont la mère et schizophrène et alcoolique, le père débordé limitant son rôle à celui d'un "monsieur Loyal" des frasques de son épouse.
Oui, on pourrait finir par se lasser de cet univers de fête perpétuelle, observé par un jeune candide que sa mère protège de l'école, pour qu'il ne se transforme pas "en mouette couverte de cambouis se débattant dans une marée noire d'ennuis". Mais on devine aussi que derrière ce conte emberlificoté, rythmé comme un swing, la mélancolie de Nina Simone n'est jamais loin, et celle de Scott Fitzgerald non plus. Tendre est la nuit pour la reine du bal, même si, au petit matin, ne reste que l'écume des jours.

Daniel Morvan


Olivier Bourdeaut: En attendant Bojangles. Finitudes, 160 pages, 15,50€.


Olivier Bourdeaut est lauréat de la troisième édition du prix du Roman des étudiants France Culture -Télérama pour son premier livre En attendant Bojangles (Éditions Finitude), déjà vendu à 50 000 exemplaires.


Olivier Bourdeault est également en lice pour les sept prix suivants:

Sélection Prix des Libraires- Prix Récamier - Prix Jean-Claude Brialy de la ville de Saumur - Prix des lecteurs de l'Express BFMtv- Prix Edmée de la Rochefoucauld- Prix Vialatte / Sélection Prix Roblès - Prix de la page 112 & Étonnants voyageurs