dimanche 13 mars 2016

Cinéma: Les Ogres, vorace et lumineux



La réalisatrice Léa Fehner a grandi dans le milieu dont parle son film, le théâtre itinérant. Elle a partagé l’aventure de la troupe avec ses parents, lancés avec ses caravanes hors d’âge et chapiteau sur les routes de France. Une vie inconfortable mais intense, où l’on grandit très vite. « Je voulais, explique l’ancienne étudiante de Cinésup Nantes, sortir d’un format étriqué pour renouer avec le panache et la flamboyance d’une histoire forte, des personnages qu’on a envie de serrer dans ses bras. » Loin d'une chronique tiède, Les Ogres est un film romantique et âpre sur la vie d’une troupe itinérante, éprouvée et pourtant portée par la grâce. Le spectateur est transporté par la poésie des coulisses du chapiteau, la beauté des personnages (Adèle Haenel à nouveau prodigieuse), le mélange de comique et de tragique. On peut évoquer Kusturica pour la poésie foraine, Fellini pour le côté solaire et baroque, Tchekhov pour la désespérance ironique... Mais ce film, qui est un hymne au collectif, sans quitter l’intime des amours et des blessures, est simplement un pur chef d’œuvre qui vous reste longtemps au cœur.
Daniel Morvan

Sorti le 16 mars 2016