mardi 24 mai 2016

Angers Nantes Opéra: Les abonnés paieront bientôt plus cher


L’adjoint à la culture de Nantes David Martineau annonce une nouvelle politique tarifaire : les abonnements sont un privilège qui se paie.

L’opéra passe pour une culture élitaire. Qu’envisagez-vous pour le démocratiser ?
Le budget de l’opéra est de 10 millions. Quand autant d’argent est engagé, on ne peut pas se satisfaire d’un public d’habitués « accaparant » cette manne. Comme le Grand T, qui va limiter l’accès des abonnés, nous allons changer de politique tarifaire : l’abonnement sera plus cher, car il sera considéré comme un privilège. Cela ne va pas se faire à la saison prochaine, mais fera partie du cahier des charges de la nouvelle direction de l’ANO, après le départ en retraite de Jean-Paul Davois.
L’opéra ne peut-il donc se financer seul ?
C’est une critique qu’on entend souvent à gauche : pourquoi subventionner l’opéra ? Mais sa billetterie ne couvre que 15 % du budget total. S’il coûte cher, c’est parce qu’il y a du monde sur scène. L’ANO est aussi le plus gros employeur culturel de la région après l’ONPL. Une grande métropole a besoin d’un opéra, elle doit à la fois diffuser le répertoire et développer des créations. Nous ne sacrifierons rien, qu’il s’agisse d’action culturelle, de coproductions, de créations, de spectacles hors les murs… Nous menons actuellement un audit pour nous assurer que la maison est en ordre de marche, afin de développer encore le second volet de notre action : l’ouverture à de nouveaux publics. Il faut cultiver la capacité de Graslin à surprendre, à conquérir des non-initiés, comme c’est le cas avec le spectacle Histoires sacrées.
Allez-vous obtenir le label d’opéra national ?
C’est un objectif, et l’ANO colle parfaitement aux critères. Encore faut-il que l’État suive. Or l’État ne verse que 1,17 million, soit le centième de ce qu’il accorde à l’opéra de Paris. Le sujet le plus important est d’être satisfaits de notre maison lyrique, et de bâtir un nouveau projet avec Angers, pour les dix prochaines années.