mardi 24 mai 2016

Ces best-sellers allemands qui boostent le tourisme breton



Après Concarneau et Pont-Aven, les visiteurs allemands découvrent Guérande à travers les polars de Jean-Luc Bannalec, pseudonyme d’un auteur à succès très discret.

Palourdes roses farcies, homards, coquillages, entrecôtes: ils en raffolent, les touristes allemands! Ce qui leur donne cette fringale? Les romans bretons de Jean-Luc Bannalec. Ils n'ont pourtant rien d'exceptionnel: ce sont des polars à couleur locale, comme ceux d'un autre auteur à succès, Jean Failler. Mais ses descriptions déclenchent chez des envies folles de fruits de mer et d’îles bretonnes. Et le phénomène commence à toucher les touristes anglais, qui, eux aussi, débarquent à Guérande, Concarneau ou Pont-Aven, avec sous le bras les best sellers de Bannalec.
Son vrai nom? Jörg Bong, directeur de la maison d’édition S. Fischer Verlag. Sous le pseudonyme Jean-Luc Bannalec, il écrit des romans policiers publiée qui narrent les enquêtes du commissaire Dupin en Bretagne. Ces best-sellers sont adaptés avec le même succès à la télévision.
Et chaque nouvelle enquête, chargée d’iode et de sel, semble accroître la passion bretonne de lecteurs avides de paysages marins. La troisième, Les marais sanglants de Guérande, vient de paraître en français. La quatrième enquête, située dans le milieu ostréicole, est déjà en tournage à Concarneau.

Les Allemands, premiers visiteurs étrangers, partout où passe Dupin

L’impact touristique des romans de Bannalec est considérable. Ainsi à Guérande, où se situe la troisième enquête du commissaire Dupin, la fréquentation allemande a nettement grimpé: « Guérande reçoit déjà de nombreux visiteurs allemands, explique Virginie Rubat, directrice de l’office du tourisme. Mais à partir de la parution du premier roman, les Allemands sont devenus la première clientèle étrangère, devant les Britanniques. »
Depuis 2013, les visiteurs allemands sont trois fois plus nombreux à l’office touristique de Guérande. Un phénomène identique s’est déroulé à Concarneau, là où le commissaire Dupin a son quartier général et sa table de prédilection, le bar restaurant L’Amiral. Celui où un certain Simenon écrivait déjà Le chien jaune.
S’il est un amoureux de longue date de la Bretagne, Jean-Luc Bannalec est aussi un auteur très discret. Il ne donne aucune interview, préservant jalousement ses vacances concarnoises.

« Avec ses jeans et son pull marin, confie Catherine Lebossé, propriétaire de l’Amiral, Jean-Luc est un habitué du bar comme un autre. Mais il a capté dans ses livres toute la lumière de Bretagne, et le caractère de ses habitants. La Bretagne peut lui dire merci, car les touristes qui viennent déguster l’entrecôte du commissaire Dupin en profitent pour visiter la région. »

Des faïences concarnoises offertes aux libraires allemands

L’auteur berlinois sait épicer ses histoires de références aux spécialités culinaires et artisanales. Ainsi, une créatrice de faïence de Concarneau, Valérie le Roux, a donné son accord au romancier pour être citée dans un roman. En retour, elle a reçu une commande de son éditeur: des petites tasses estampillés commissaire Dupin, qui seront offertes aux libraires allemands. Et l’éditeur K&W (Kippenheuer & Witsch) a commandé à Catherine et Arnaud Lebossé le livre de recettes de l’Amiral.
A Guérande, on propose une visite des marais salants en allemand: « Ces visiteurs d’outre-Rhin, précise Emmanuel Blanc, directeur de Terre de sel (l'office touristique des marais), veulent retrouver l’atmosphère des marais et comprendre la production du sel. »
L’office du tourisme guérandais a même présenté à Francfort, où se déroulait la fête de la France en 2015, un stand « commissaire Dupin », avec quelques uns des produits emblématiques des enquêtes. Tout cela sous l’étiquette unique « Bretagne », de Concarneau à Guérande.
Alors, faut-il décerner une médaille à Jean-Luc Bannalec, cet étonnant promoteur du tourisme breton? « C’est vrai qu’il nous est tombé du ciel! » s’exclame Virginie Rubat. Ne mérite-t-il pas une médaille? « Nous lui avons déjà offert ce que nous avons de mieux, la beauté de nos paysages. »

Le troisième épisode des enquêtes du commissaire Dupin, Bretonisches Gold, est le volet guérandais de la série bretonne. Sa traduction française vient de paraître, mais l’impact touristique a été sensible dès sa sortie en 2013. Le téléfilm tiré du roman a été tourné à Guérande.