mardi 24 mai 2016

Svadba, veille de noces au village universel



Sept moments de la vie d’une future mariée aux joues roses, entourée de ses amies. Pas de place pour autre chose que la grâce pure dans ces cinquante minutes de chant a cappella : Svadba (mariage en serbe) est un opéra de chambre qui suit les étapes d’un « enterrement de vie de jeune fille ». Cet opéra sans instrument, créé en 2011 au Berkeley Street Theatre de Toronto, réunit les voix de six femmes qui chantent et dansent avec la future mariée. Entre tradition et avant-garde, Ana Sokolovic reconstitue en petits tableaux les épisodes de ces adieux joyeux (mais secrètement mélancoliques) aux comptines de l’enfance : bain, coloration des cheveux au henné, jeux et disputes des jeunes filles. Le naturel de ce conte d’une nuit d’été, porté par des textes dialectaux, est un vrai tour de force vocal, entre stridences et mélopées, lyrisme et danses sur des rythmes complexes.
Ana Sokolovic, compositrice serbe vivant au Canada, mêle les échos folkloriques des Balkans à ses propres inventions, comme dans la scène où deux camps s’affrontent en se lançant des lettres de l’alphabet comme des insultes. La tradition serbe est cependant tenue à distance, tant dans les danses que dans les mélodies : c’est une veille des noces au village universel, portée par des rythmes palpitants qui mènent Milica jusqu’au seuil de sa maison.
D. Morvan
Mardi 24 et mercredi 25 mai 2016 à 20 h au théâtre Graslin, Nantes.