vendredi 13 mai 2016

{archives} Célia Houdart: Les merveilles du monde (2007)

Vous avez ouvert ce tout petit roman. Il vous a fait une toute petite heure de train, trois ou quatre parcours de tram ou de métro. Vous le refermez. Et là vous mesurez la distance immense qu'il vous a fait parcourir. Vous n'avez rien vu venir. Igor, photographe, qui doit quitter Douarnenez pour sa maison familliale de Vevey, dont les fenêtres ont été brisées par un orage. L'écriture très lisse de Célia Houdart nous fait glisser du présent au passé et de la Suisse au Mexique. Il faut être une magicienne pour jouer ainsi sur la porosité de l'espace et du temps, juste en suggérant, par fragments éclatés. On se croyait embarqué dans un livre intimiste, nous voici dans un road movie dans le désert. L'amour va modifier les échelles de sensibilité, révélant les merveilles du monde (le journal de Marco Polo), dans un miracle d'apparitions fabuleuses.