mardi 24 mai 2016

Mai 69

Après Miss Bella Donna et La Fille du sorbier, vous venez de publier Mai 69, votre troisième roman, aux éditions du Temps (2009).
C'est LE livre que je voulais écrire. Mes deux premiers ouvrages étaient une sorte d'apprentissage à l'écriture. Celui-là, je l'avais en tête depuis des années. Il est dédié à ma mère qui est décédée à 53 ans. Je lui avais fait la promesse de devenir un écrivain du peuple, comme le Finistérien Per-Jakez Hélias ou le Briochin Louis Guilloux.


L'histoire de Tristan, c'est un peu la vôtre ?
Oui, il y a des similitudes. C'est l'histoire d'un gamin, fils de paysans, qui est le témoin d'une collision inouïe entre deux mondes : d'un côté, l'intelligentsia parisienne qui vénère Mao et qui veut aller sur le terrain, en Bretagne, pour se frotter aux réalités quotidiennes du peuple. De l'autre, une paysannerie elle-même en pleine révolution. Mais c'est aussi l'histoire d'un adolescent des campagnes reculées qui découvre l'amour avec Judith, une jeune Parisienne. Ou encore l'histoire de la langue bretonne qui recule face au français et à l'anglais. Du modernisme qui pénètre dans le Far-West breton...


Ce n'est pas un livre de « rétro pleurnichage » ?
Absolument pas. Ce n'est pas non plus un livre sur les paysans. Mais c'est un livre qui raconte les paysans à une période charnière, où ils s'ouvrent sur le monde. Comme je l'écris quelque part, je ne fabrique pas du pittoresque. C'est un roman qui se déroule en mai 69, un an tout juste après l'autre mai, en Bretagne.


La partie la plus originale de votre livre raconte cette découverte du monde rural par les militants maoïstes en 1969. Pour évoquer cette période, vous avez beaucoup travaillé les archives ?
J'ai fait une enquête de terrain sans tomber dans le reportage pur et dur. J'ai rencontré des auteurs comme Jean Claude Pinson (Drapeau rouge) qui ont vécu cette période. J'ai enregistré le témoignage de mon père qui les a accueillis. J'ai lu quelques bouquins. Il a même fallu que je retrouve un Larousse de l'époque où Mao n'était encore qu'un simple philosophe.


La couverture du livre est très originale... Elle fait penser à une œuvre d'Andy Warhol...
Avec l'équipe des éditions du Temps, on a travaillé sur l'habillage du livre. Le format est original. On a mis quatre projets de couverture sur Facebook. Une trentaine de personnes ont été consultées : des graphistes, des artistes, des écrivains, des journalistes... Et c'est après cette consultation que nous avons choisi Le ramassage des pommes de terre, une illustration des peintres finistériens du Hangar't.


Une nouvelle façon de travailler pour un écrivain ?
Mai 69 est un véritable travail d'équipe. Avec les éditions du Temps, j'ai découvert d'autres facettes du métier d'écrivain. Tout ce qui touche à la diffusion. J'ai notamment rencontré le représentant des éditions du Seuil qui diffusera mon livre à Paris. Il est pointu au niveau commercial. Mais, à ma grande surprise, il pourrait aussi parler littérature sur France culture.
Recueilli par Joël Bigorgne
Mai 69, éditions du Temps, 207 pages, 13€.