lundi 18 février 2013

A propos de "Marquises"



Comment vous est venue l’idée de ce nouveau roman, "Marquises" ?

C'est un « roman d’apprentissage », c’est-à-dire qu’il raconte les débuts dans la vie d’un jeune homme, mais aussi un roman de l’apprentissage du roman. Le tout dans une atmosphère assez apaisée... Comme dit un des premiers lecteurs de Marquises, "on serait bien mieux à Penarland".
(...)
J’ai imaginé que le narrateur du livre était un amnésique contraint, pour se souvenir de sa propre vie, de se la raconter. L'écriture comme exercice thérapeutique, ramenant le sujet à sa vie ou l'en éloignant, selon les caprices de son imagination. De sorte que la situation de départ engendre une succession d’histoires qui se bâtissent les unes sur les autres comme des souvenirs qui s’effacent et que l’on ranime par l’écriture.


. Pouvez-vous nous donner quelques éléments sur la trame romanesque de ce texte ?

Le roman raconte l’histoire d’Elie : à l’issue de sa longue convalescence, après un accident, cet amnésique est accueilli par Louise de Penarland dans son château, situé sur un estuaire du Pays des Forêts (le même espace péninsulaire que celui de « Mai 69 »). Louise (issue d’une vieille lignée bretonne et désormais jet-setteuse de l'art contemporain) lui demande de retrouver dans les archives du château la trace d’un violon ayant appartenu à un enfant disparu, Agrippa. Cette recherche le conduit vers l’amont du château, jusqu’au « Petit Gibraltar », un bouge où flotte la mémoire du petit violoniste, mais aussi l’âcre souvenir d’un effroyable accident d’automobile en 1955. Ces mondes étanches communiquent entre eux: la province des châteaux, les bourgs ruraux, l'aristocratie, l'avant-garde des lettres, la course automobile... Le narrateur remonte à la fois vers ses propres origines et vers celle d’une certaine Alix, cadette de Louise, qui va le conduire vers la pyramide de Saqqarah…


- Quelles ont été vos influences lors de la rédaction de cet ouvrage, musicales notamment ?

La chanson du début du livre, « Il a neigé sur Yesterday », est l’indicatif musical du roman : c’est la chanson de l’oubli, de la neige qui recouvre les souvenirs
Ensuite, c’est par la musique irlandaise que l’on retrouve la trace d’Agrippa, le violoniste perdu. Agrippa a quitté sa famille adoptive pour rejoindre la mouvance électro berlinoise. Il s’est « fondu dans la musique » jusqu’à y disparaître, son existence se réduisant à celle d’une phrase musicale.
Le livre est aussi hanté par la musique des gramophones, par les timbres chauds de Suzy Solidor, Lucienne Delyle, qui semblent habiter le château de Penarland. C’est Suzanne, la nièce de Louise, qui réveille ces voix anciennes, pour donner un peu de vie aux soirées d’hiver de Penarland. 
Dans son enfance, Agrippa a lié amitié par la musique avec une jeune fille, Tiphaine : cette dernière est la fille d’un compositeur, Jean Cranac’h, un génie touche-à-tout à la manière de Jean Cras, à la fois officier de marine et musicien. Jean Cranac’h sera celui qui enseignera à Agrippa la technique de l’improvisation. Technique qui lui permet de disparaître musicalement pour faire son chemin vers des directions innovantes…

En matière littéraire, le roman de gare du XXe siècle est la référence constante, par le biais d’un auteur presque oublié, Pierre Benoît. Dans l’imaginaire du narrateur, cette influence tient à la présence écrasante d’une bibliothèque de château figée, qui s’est arrêtée à une littérature sentimentale vaguement égyptomane. Pour grossir le trait, il rêve d'être publié chez P.O.L en écrivant comme Guy des Cars. Le malheureux est humilié par les reproches de Vania, dont les lettres de refus sont aussi la raison de la reprise perpétuelle du roman, qui peut aussi évoquer le Shining de Stanley Kubrick.


- Vous êtes journaliste et romancier, est-ce une difficulté de passer d’une écriture à l’autre ?


Le roman offre au journalisme ses outils, son énergie, sa syntaxe, l'art du portrait et de l'histoire. Le romancier apprend des journaux à livrer l'information sans détour. Mais le roman est aussi l’art de perdre son temps, de se noyer dans l’épaisseur du temps et de l’espace. De faire de l’écriture une aventure, même si elle est manquée. La littérature est le premier métier de qui se consacre, quelque peu, à l’écriture.

Entretien avec Erwan Chartier pour le blog Coop Breizh